artwork

En cliquant sur cette photo, vous aurez accès gratuitement à l'artwork complet de l'album :

partitions guitare

En cliquant sur cette photo, vous aurez accès gratuitement aux transcriptions de l'ensemble des parties guitares de l'album en version pdf haute définition, en version score et tablatures. A vos manches !

la genèse du papillon...

 

Tout est parti d’un post sur Facebook d’un ami, qui, à la vue d'une vidéo d’un de mes concerts de guitare m’avait dit une simple phrase : « c’est super tout ça, mais ce que j’ai envie d’entendre c’est ta propre musique… ». Je venais de passer des mois à monter un projet de reprises guitare instrumentale, et en une seule phrase, la vacuité de ce genre d’exercice musical, aussi complexe soit-il, me sautait soudainement au visage. En fait, après plusieurs décennies de pratique instrumentale, j’avais l’impression de tourner en rond dans un exercice stérile où la surenchère technique était finalement devenue le moteur pour conserver un semblant de plaisir et de motivation. Toutefois, je sentais au fond de moi la frustration de n’avoir exploré que la surface de l’iceberg et je me sentais irrésistiblement attiré par cette partie immergée qu'était ma propre musique. Mais par où commencer ? En serais-je capable ? Le résultat répondrait-t-il à mes attentes ? Dès le départ, j’ai tenté de prendre le problème d’une manière disciplinée et rationnelle, en me fixant des objectifs clairs et précis.

 

Très tôt, il était devenu évident que je voulais écrire un album entier, construit en un tout cohérent. Cet album "conceptuel" aborderait une histoire unique qui se développerait au long des plages musicales, véritables chapitres de ce livre musical. Dans le registre, la tâche est ardue. Impossible de faire mieux que The Wall de Pink Floyd, Scenes from a Memory de Dream Theater,  Snow des Spock’s Beard ou Hand Cannot Erase de Steven Wilson… En tout cas, je voulais surprendre ceux qui me connaissent, et cet album serait bien loin de l’image que l’on pouvait se faire de moi. Ici, tout serait bien plus vaste, et la guitare ne serait qu'une pièce de ce puzzle géant. J’ai collecté dans un petit cahier durant ces 15 dernières années un tas d'idées musicales, de riffs de guitares, de progressions d’accords... Une règle essentielle : une bonne chanson doit pouvoir se jouer seule avec une guitare acoustique et une voix. Une fois ce stade atteint, nous pouvons réfléchir aux arrangements. Et c'est ce que j'ai fait ! En 2005, j’avais déjà les maquettes de ce qui deviendrait Le Sang des Innocents, Un Vendredi de larmes et Les Blessures de mon âme. En 2009, j'avais écrit en 3 jours ce qui deviendrait Un concours de circonstances, Une Prison de rêves, le piano du sang des Innocents ainsi que certaines parties du morceau éponyme de l’album... J’avais depuis 2011 assez de matériel pour enregistrer un album entier d’une heure mais il me manquait encore une histoire solide et de paroles pour lier le tout. Et finalement, avec les contraintes de la vie,  j’avais mis de côté ce projet, résigné à ce que cela n'aboutisse jamais…

 

Fin 2016, je me suis mis en tête de préparer un cadeau d'anniversaire particulier à un ami chanteur qui s’était salement amoché en moto. Il avait toujours chanté les chansons des autres, et j’étais convaincu qu’il lui fallait dans sa reconstruction une chanson écrite pour lui et résumant en quelques lignes sa vie après l’accident, ce qui a changé, ses blessures, son courage, son combat quotidien. 

 

Un exercice difficile et totalement inédit pour moi que d’écrire des paroles qui lui correspondent et qui sonnent juste. Tout est allé si vite... J’ai exhumé cette vieille démo qui prenait poussière dans mon disque dur, et en l’espace de quelques heures, les paroles des "Blessures de mon âme" étaient écrites. Restait alors à transformer cette compo très rudimentaire en un morceau "professionnel". Mais comment faire avec un budget très limité ?

 

J’ai ressorti tout ce que pouvais avoir en logiciels de piano/violoncelle/basse/batterie etc… et après quelques semaines de travail intensif,  le morceau était enregistré.

 

Fort de cette expérience et galvanisé par les retours positifs de ce morceau, je savais maintenant que techniquement je pouvais enregistrer un album 100% fait maison pour un budget dérisoire, que je savais écrire des paroles qui avaient du sens. C’est ainsi que de novembre 2016 à juillet 2017, je me suis attelé à ce qui deviendra « Le vol erratique d’un papillon ». J’ai beaucoup appris. Harmoniser un morceau, écrire des parties symphoniques, gospel, écrire des parties de oud, de duduk, … J’ai développé de nombreuses techniques d'écriture et d'enregistrement, appris à bidouiller les sons pour pallier au manque de solutions techniques et financières. Je voulais me prouver qu’avec un ordinateur, une carte son, un casque, un micro, et un ampli et une guitare, je pouvais tout faire à la maison. Seule la batterie a été enregistrée par Maxx chez lui, mais même pour cela j'ai retravaillé tous les sons de batterie chez moi...

 

Pour le mixage et mastering en revanche, pas de place pour l’improvisation, c’est Nicolas GARDEL qui s’y colle avec tout son matos de dingue, son expertise et ses oreilles en or !

 

L'autre défi de taille était de pouvoir aborder avec pudeur et humilité un thème délicat et malheureusement toujours d'actualité dans une histoire cohérente de 76 minutes... et tant qu'à faire de pouvoir assurer le chant. Prise de risque maximale !! Fin janvier 2017, j’avais déjà construit la structure globale de l’album, et les 99% des paroles.

 

Maxx a été d’une précieuse aide , son enthousiasme pour le projet m’a permis de me dépasser, avec ce petit jeu quotidien de tenter de le surprendre avec des nouvelles parties, des arrangements parfois très complexes.

 

En exhumant mes vieilles compos, je suis retombé aussi sur ces vieilles séquences que Nicolas Gardel avait écrites il y plus de 10 ans pour un vieux projet en commun. Celles-ci ouvrent l’album et le dernier morceau. Merci mon Gadoul, t’es vraiment un génie, mais je ne suis pas sûr que tu t’en rendes vraiment compte. Et écrire mon album sans que tu y participes de près ou de loin n’aurait pas eu la même saveur (Ahh ce solo de ROLI sur le Sang des Innocents, j'en ai encore les poils...). Côté guitares, tout fut écrit très vite. J'en ai profité pour rendre humblement hommage à tous ces artistes qui m'ont façonné (Steve Lukather, Joe Satriani, John Petrucci, Steve Morse, David Gilmour, Brian May, Jimmy Page, The Edge...).

 

Au final, j’assume 100% de cet album qui me correspond totalement, un album long, varié, réfléchi, passant du piano/voix au morceau symphonique arabisant, en passant par du gospel, du métal incandescent, de la ballade acoustique…

 

Me suivrez-vous dans cette aventure ? Je vous attends !

 

Musicalement

 

Gérald MASSOIS